Notre Projet

Le centre socioculturel défend les valeurs essentielles qui contribue au bien vivre ensemble dans le respect des valeurs des centres socioculturels (Charte FCSF adoptée par l’Assemblée générale d’Angers le 18 juin 2000)

La solidarité

  • Considérer les hommes et les femmes comme solidaires, c’est à dire comme étant capables de vivre ensemble en société, est une conviction
    constante des Centres sociaux et socio-culturels depuis leur origine.
  • La progression de l’individualisme et la persistance de contradictions sociales n’empêchent pas les Centres sociaux et socio-culturels de penser
    que les hommes et les femmes se construisent comme personnes au travers de leurs rapports aux autres.
  • Les individus deviennent des acteurs « solidaires » lorsqu’ils s’engagent dans des rapports sociaux qu’ils contribuent à constituer, tels que les
    liens familiaux, les relations de voisinage, les convivialités, les solidarités de groupe, les rencontres interculturelles, les participations
    associatives, les rapports de travail, les engagements citoyens.
  • Echanger des savoir-faire, entrer dans des réseaux d’entraide, soutenir l’insertion sociale et économique de chacun, défendre les droits des
    personnes à vivre en société, solidarise les individus.

La dignité humaine

  • Reconnaître la dignité et la liberté de tout homme et de toute femme est l’attitude première des acteurs des Centres sociaux et socio-culturels.
  • L’accueil, l’écoute et le respect de chacun rend possible le dialogue personnalisé.
  • Le regard porté sur les autres se garde des préjugés moraux et culturels.
  • La reconnaissance laïque* de la pluralité des croyances évite le renvoi de chacun à sa conscience individuelle ou au repli identitaire.
  • L’attention donnée aux qualités et aspirations de l’autre ouvre les chemins de la convivialité, des progrès personnels et des coopérations
    réciproques.

La démocratie

  • Opter pour la démocratie, c’est, pour les Centres sociaux et socio-culturels, vouloir une société ouverte au débat et au partage du pouvoir.
  • Les Centres sociaux et socioculturels entendent établir, et au besoin conquérir, avec et pour les habitants d’un quartier, d’une ville, d’une
    agglomération ou d’un pays, des espaces de discussion et de participation à des prises de décision concernant leur vie quotidienne et celle de la
    collectivité.
  • Opter pour la démocratie c’est aussi s’engager concrètement dans des actions collectives, même modestes, dont les finalités, les modalités et les
    résultats peuvent être débattus.
  • La démocratie participative, en proposant, en agissant, en contestant, est nécessaire à la vie politique locale. La force de la démocratie locale
    c’est l’engagement civique des citoyens.
*la laïcité : la caisse d’allocations familiale a demandé aux centres sociaux de mettre au débat cette valeur, aujourd’hui très controversée. La question, au centre social de Villeneuve de Berg ne se pose pas ; les valeurs du CSC sont fondées sur les principes de laïcité et de liberté individuelle, quelles que soient les croyances et les cultures. Nous considérons que la croyance et la pratique religieuse envoie à une dimension individuelle et privée de la personne. Nous respectons cette liberté et veillons à ce qu’elle soit compatible avec celle des autres et avec la loi et l’esprit des politiques publiques. Une élue du CSC a participé à la formation proposée par la Fédération ardéchoise des centres sociaux. Au regard de nos populations sur le territoire, nous ne sommes pas confrontés aux problèmes de radicalisation. Nous mettons tout en œuvre pour favoriser l’intégration de toutes les populations sur le CSC quelles que soient leurs origines, leurs religions. Cette réflexion, a le mérite de pousser notre interrogation et nous donne envie d’aller plus loin, de nous renseigner et d’approfondir cette question.

⇒Les statuts du CSC La Pinède

 

L’AGENDA

Escape Game

L’ACTU